Oie
(22 Décembre – 19 Janvier)

RÉSUMÉ

  • Dates de naissance : 22 Décembre – 19 Janvier.
  • Influence terrestre : Période du Renouveau.
  • Vents influents : Vents du Nord.
  • Totem : Bison.
  • Direction : Nord-nord-ouest.
  • Éléments prédominants : Terre + Air.
  • Clan élémentaire : Clan de la tortue (Terre).
  • Fonction : Préparer le terrain.
  • Totem natal et animal : Oie.
  • Totem végétal : Ronce.
  • Totem minéral : Péridot.
  • Totem de polarité : Pivert.
  • Couleur : Blanc.
  • Vibration musicale : Ré dièse, une octave au-dessus des Castors.
  • Personnalité : Exigeant vis-à-vis de soi, digne de confiance, prudent, austère.
  • Sentiments : Égocentrique.
  • Intention : Confiance.
  • Nature : Sévère.
  • Traits positifs : Ambitieux, résolu, persévérant.
  • Traits négatifs : Rigide, pessimiste, exigeant, égoïste.
  • Instinct sexuel : Sensuel et persistant.
  • Compatibilités : Castors, Ours Bruns et Corbeaux.
  • But conscient : Conservation.
  • Désir subconscient : Intégrité.
  • Chemin de vie : Adaptation.
  • A cultiver : Sociabilité, pouvoir d’expression.
  • A éviter : Manque de confiance en soi, pessimisme.
  • Alchimie spirituelle : Prédominance du yin.
  • Totems de départ : Oie, Bison, tortue, Ronce, Péridot, Pivert.

EXPRESSION DE LA PERSONNALITÉ.

Adulte

L’Oie est résolue, ambitieuse, pleine de bon sens et de ressources. Les natifs de la Période du Renouveau poursuivent leurs propres entreprises avec beaucoup de vigueur, mais en général ils préfèrent éviter de trop s’impliquer dans la vie des autres.

Cette réserve ne signifie pas que les Oies soient des gens indifférents. Ils s’intéressent sincèrement à leurs proches et à ceux dont la fidélité et la loyauté ont survécu à l’épreuve du temps ; mais ils prennent garde à ne pas trop s’engager avec les autres ; et même s’ils ont de nombreuses fréquentations, peu de gens peuvent se vanter d’être leurs amis.

Les Oies sont capables de puiser dans un réservoir intérieur la force qui leur permet de travailler inlassablement, de se priver sans sourciller des plaisirs de la vie et même de souffrir pendant quelques temps afin d’atteindre le but désiré.

Cette capacité de faire appel à des ressources intérieures leur permet de discerner à coup sûr la véritable valeur des choses et de retourner des circonstances défavorables à leur avantage.

Bien qu’elles soient nées pendant la période de l’année la plus stérile, les Oies ont un amour de la Nature et de tous les animaux qui peut parfois sembler dépasser l’intérêt qu’elles portent à leurs semblables.

Leur idéalisme leur fait prendre les choses trop au sérieux et peut-être aussi grossir démesurément certains problèmes, si bien qu’elles deviennent tendues et nerveuses.

Elles sont sujettes à des accès de pessimisme et de découragement quand les problèmes s’accumulent et qu’elles se sentent maltraitées et incomprises.

Si elles persistent dans cette voie, elles peuvent s’aigrir et à la moindre provocation devenir passablement destructrices.

L’oie est sans aucun doute un oiseau coriace, mais elle a le cœur tendre.

Traits positifs : Ambitieux, résolu, sûr, prudent, patient, persévérant.

Traits négatifs : Rigide, pessimiste, mesquin, conformiste, exigeant, égoïste.

Orientation professionnelle : Agriculture ; arts ; banque ; économie ; commerce ; perception ; danse ; droit ; politique ; armée ; pompes funèbres.

Enfant

Les bébés Oies sont mignons et ont bon caractère ; il y a en eux une étrange intelligence qui fait paraître le babil enfantin des adultes tout-à-fait déplacé.

Le petit enfant – et plus tard le nouvel écolier – peut sembler timide et embarrassé ; il n’a pas la belle confiance affichée par la plupart de ses pairs. Il peut même donner l’impression de ne pas vouloir jouer avec les autres et d’être assez sauvage.

Cependant, en grandissant, il se montre capable d’assumer des responsabilités et souvent on le voit prendre en main les affaires des autres.

C’est en général un enfant propre et soigneux ; il peut d’ailleurs se sentir mal à l’aise devant toute forme de désordre.

Parent

Habituellement les Oies ne sont pas des parents enthousiastes. Non pas qu’ils soient indifférents ou irresponsables ; ils préfèrent simplement que les enfants se débrouillent tout seuls plutôt que d’être totalement dépendants. En tout cas, ils ne les chouchoutent pas. Ils aiment que leurs enfants suivent une certaine discipline ; ils leur demandent de se conduire correctement et d’avoir de bonnes manières.

INFLUENCE TERRESTRE : Période du Renouveau.

C’est le premier cycle de l’hiver, incluant le Solstice d’Hiver, qui amène une période de repos et de renouveau. Les natifs de cette période sont des gens pratiques et ambitieux ; bien qu’ils aiment être entourés, dans leurs relations ils hésitent à dépasser le stade superficiel. Ils aiment les gens, mais peuvent paraître réservés car s’ils se livrent trop, ils se sentent vulnérables au niveau émotionnel.

INFLUENCES SOLAIRES.

Au commencement de ce mois, le jour le plus court et la nuit la plus longue du solstice d’hiver marquent une phase très importante du cycle annuel. Le Soleil semble avoir disparu pour de bon, la Terre sommeille, nue, froide et négligée ; toute la Nature prend un air austère.

Et pourtant le jour le plus sombre est l’annonciateur d’heureuses nouvelles, car ce qui semblait avoir disparu renaît, recommence à croître, et bientôt la Roue de la Vie indique la promesse de la nouvelle vie. Les germes remuent dans le sein de la Terre, bien que leur activation ne soit pas encore visible.

Jadis, en Europe septentrionale, Yule célébrait dans la joie le retour à la vie de ce qui, pour l’heure, était mort, la renaissance et le renouveau, le commencement d’un nouveau cycle dans le mouvement de la vie. C’était la Fête de la Renaissance non seulement celle du Soleil physique, qui n’était qu’une symbole, mais du soleil qui venait de naître, le moi individuel.

Cette fête fut remplacée par le Noël chrétien, qui commémorait la naissance du Christ, dont certains érudits pensent qu’elle eut lieu à une époque différente de l’année (Septembre).

Toutefois l’esprit de bonne volonté, les réunions familiales et les festivités se sont perpétuées jusqu’à nos jours.

Signe solaire correspondant : Capricorne.

VENTS INFLUENTS : Vents du Nord.

Les Vents du Nord sont associés à la pureté et au renouveau ; ils atteignent leur pleine puissance quand la terre est en sommeil et que l’hiver l’étreint.

C’est l’époque où l’homme et l’animal cherchent à s’abriter et à se réchauffer, à échapper à la « morsure » d’un vent coupant et pénétrant ; ils abandonnent les activités extérieures pour se tourner vers l’intérieur et attendre l’arrivée de jours meilleurs.

L’influence des Vents du Nord est paradoxale ; car elle ne se caractérise pas uniquement par l’air froid qui transforme l’eau en glace ou fait danser les cristaux de givre sur les feuilles des arbres à feuillage persistant.

C’est une force qui travaille dans le secret et dont l’énergie pénètre jusque dans la graine « endormie » sous la surface gelée de la terre ; cette graine subit une purification et une préparation afin de pouvoir jaillir, animée d’une vie nouvelle, quand le soleil sera de retour et réchauffera la Terre dans son étreinte.

Ainsi donc, les Vents du Nord favorisent la patience, la croissance intérieure, le renouveau du corps et de l’esprit. Ils contribuent également à la pureté des intentions.

Cette puissance du Nord était représentée dans certaines tribus indiennes par le totem du bison. A l’époque où la survie d’une tribu dépendait de la chasse, d’immenses troupeaux de bisons parcouraient une bonne partie de l’Amérique du Nord.

Non seulement sa chair fournissait aux Indiens de la nourriture, mais sa peau servait à la construction des tipis et à la confection des vêtements, ses os à la fabrication de certains instruments. Ainsi le bison donnait tout ce qu’il possédait afin que les gens ne manquent de rien. C’est pourquoi c’était l’animal le plus vénéré.

La puissance du Nord apparaissait comme la grande force du renouvellement, celle qui assurait la subsistance et la sécurité, et qui était efficace à tous les niveaux de l’existence.

C’est la puissance du mental régénéré, reposé, vif et agile au sortir du sommeil, animé par la sagesse et la connaissance.

C’est la puissance d’un corps harmonieux, revigoré et rassasié par la nourriture qu’il a reçue. C’est la puissance d’un esprit ranimé, libre de voyager, d’explorer, de vivre sans aucune limitation.

La puissance du Nord apparaît comme celle qui apporte de nouvelles pensées, de nouvelles idées, une vie toujours nouvelle.

ÉLÉMENTS INFLUENTS : Terre + Air.

L’Air est l’élément associé au mental, aux pensées, aux idées, aux changements, aux mouvements rapides et parfois imprévus.

Alors que le Feu donne de l’énergie, l’Eau rafraîchit, la Terre nourrit, l’Air vivifie et transforme. L’Air élémentaire apparaît comme l’influence qui permet aux choses de se transformer et de s’accomplir grâce à de nouvelles idées et de nouveaux rêves.

Comme l’Air élémentaire, les natifs de la Période du Renouveau sont vifs, souples, capables d’accomplir des choses inattendues. Ils sont toujours actifs, toujours en mouvement.

La Terre élémentaire donne le goût de la stabilité et de la sécurité ; confiance et prévisibilité la caractérisent.

CLAN ÉLÉMENTAIRE : Clan de la Tortue (Terre).

Les gens nés entre le 22 Décembre et le 19 Janvier appartiennent au Clan de la Tortue, et sont sous l’influence stabilisatrice de l’élément Terre.

Solidité, sécurité, sûreté, prévisibilité, telles sont les caractéristiques importantes à leurs yeux. Pour eux parole et action sont deux aspects d’une même chose ; aussi sont-ils généralement fidèles à leur parole et ils sont très ennuyés quand les autres ne font pas ce qu’ils ont promis de faire.

Les personnes du Clan de la Tortue peuvent faire preuve d’abnégation ; une fois qu’ils ont réussi à se fixer un but, ils suivent rigoureusement leur ligne d’action.

TOTEM NATAL ET ANIMAL : Oie.

Les oies sont de grands volatiles à long cou et courtes pattes ; elles forment des bandes importantes qui volent en poussant leurs cris nasillards.

Elles habitent les terrains marécageux et les prés situés en bordure de lacs et de cours d’eau ; elles nagent bien, mais c’est sur terre qu’elles trouvent l’essentiel de leur nourriture.

L’oie était un totem privilégié chez les Celtes de l’Angleterre pré-chrétienne ; c’est un personnage des contes de fées européens (Ma Mère l’Oie ; L’Oie aux œufs d’or, etc.), ce qui montre bien l’importance qu’elle tenait dans le folklore ancien ; contes de fées et légendes populaires contiennent en effet l’essence de la symbolique des enseignements ésotériques traditionnels.

L’oie qui traverse le ciel d’hiver en nasillant était associée aux puissances du Nord, dont on a parlé ailleurs, et à l’acte de purification et de renouvellement. La traditionnelle oie de Noël pourrait d’ailleurs bien avoir son origine dans le festin rituel où l’on consommait la chair d’une oie sacrée, et qui célébrait le processus du renouveau.

Il y a de nombreuses espèces d’oies ; les Indiens d’Amérique vénéraient l’oie des neiges, baptisée ainsi non seulement à cause de son plumage blanc, mais aussi parce que sa vie sur le continent nord-américain semblait régie par la neige.

Les Indiens l’appelaient « l’oiseau qui vient d’au-delà des Vents du nord », parce qu’elle quittait la lointaine région arctique où elle nichait au moment des premières chutes de neige, en automne, et n’y retournait qu’au début du printemps, une fois la neige disparue.

Comme toutes les oies, l’oie des neiges vole en bandes, mais au cours de sa migration ces bandes peuvent atteindre plusieurs milliers d’individus. Certaines, paraît-il, parcourent ainsi huit mille kilomètres aller-retour chaque année.

Comme leur totem, les natifs de la Période du Renouveau ont l’esprit imaginatif, ce qui leur permet de franchir les frontières et de s’atteler à des tâches de longue haleine. Ce sont des perfectionnistes ; comme leur totem ils ont tendance à chercher la petite bête et à se tracasser pour des choses qui n’en valent pas vraiment la peine.

Quand ils cèdent au découragement, à cause d’un obstacle qui leur barre la route ou parce que leurs rêves ne semblent pas devoir se réaliser de sitôt, ils peuvent sombrer dans la mélancolie et tisser autour d’eux une atmosphère de désolation.

Quand ils sont dans un état d’esprit positif, ils peuvent surprendre les autres par la quantité d’énergie qu’ils déploient et leur enthousiasme débordant.

L’oie est blanche, la couleur de la pureté, une caractéristique particulièrement en évidence chez les Oies ; car lorsqu’elles s’expriment par la pureté d’intention, elles réussissent l’impossible.

Dans la symbolique amérindienne, l’oie était considérée comme une grande Rêveuse. Ce caractère se reflète également chez les Oies, qui se sentent inspirées à faire les choses ordinaires extraordinairement bien, voire à la perfection.

Les Oies sont naturellement douées pour enseigner aux enfants, en particulier aux enfants handicapés ; elles s’épanouiront dans tout travail où elles devront s’occuper d’enfants, de handicapés ou d’arriérés mentaux.

Les Oies sont accompagnées par un reflet de leur Moi supérieur. C’est-à-dire qu’elles ont certaines aspirations précises et sont résolues à accomplir ce qu’elles perçoivent dans leur conscience. Si elles se sentent frustrées, c’est avant tout parce que leurs rêves ne peuvent pas se réaliser rapidement.

TOTEM VÉGÉTAL : Ronce.

La ronce (Rubus villosus), appelée communément mûrier des haies ou mûrier, est une plante rampante vivace, aux branches fines garnies d’épines pointues. Ses feuilles dentelées sont couvertes de petits poils. Elle donne des fleurs blanches à cinq à pétales de Juillet à Septembre et des fruits en automne.

Les Indiens utilisaient les racines et les feuilles comme remède contre la diarrhée ; l’infusion des feuilles séchées était utilisée pour traiter l’entérite et les coliques. On mâchait aussi les feuilles de ronce pour soigner les gencives saignantes.

Les épines pointues de la ronce dénotent à la fois la protection et la souffrance, deux caractéristiques qui semblent particulièrement associées aux Oies ; elles rencontrent souvent des difficultés qui les font souffrir, et cependant on les dirait protégées contre les blessures irréparables.

La ronce est un totem d’hiver pour l’époque du solstice d’hiver et de la « mort » du Soleil. Il semble aussi que son aspect transformateur soit mis en avant, ce qui laisse à penser que les complications et les souffrances doivent parfois être éprouvées afin que nous puissions donner nos meilleurs fruits.

Fruits de notre Mère la Terre, les mûriers passaient pour conférer l’inspiration, une caractéristique spécifique du Nord ; aussi ce totem est-il particulièrement associé à l’inspiration, au courage et à la persévérance qui sont souvent nécessaires pour aller jusqu’à lui.

TOTEM MINÉRAL : Péridot.

Le péridot est un silicate de magnésium et de fer que l’on trouve dans les roches ignées et que l’on appelle également chrysolite ou olivine. C’est une pierre délicate, de couleur verte et d’aspect vitreux ; les variétés transparentes sont utilisées pour tailler des pierres précieuses.

Les Amérindiens le considéraient comme un rayonnement « céleste » pétrifié, directement issu de la force solaire ; pierre de lumière, on l’associait à la lucidité et à la clarté d’esprit.

Elle était aussi associée au Soleil spirituel, et l’on pensait qu’elle pouvait servir à transmettre l’énergie spirituelle et le discernement spirituel.

Le Péridot est donc lié à la connaissance intuitive et à la vision intérieure, ainsi qu’à la faculté de voir dans l’avenir. Il a un contact apaisant, en particulier si on le porte sur un couvre-chef ou à la base de la gorge, car il passe pour agir sur les chakras de la tête.

TOTEM DE POLARITÉ : Pivert.

Les Oies sont des gens qui font attention à tous les détails et qui recherchent la perfection ; mais ils sont souvent déroutés par les petites choses et par la moindre provocation.

Ils ont une résistance naturelle au changement brusque, préférant se hâter lentement ; aussi ont-ils parfois du mal à faire face aux situations inattendues, à accepter les faiblesses d’autrui par lesquelles ils se laissent perturber.

Ils peuvent tirer certaines leçons face à ces difficultés en se tournant vers le Pivert, qui reconnaît l’importance d’avoir une base sûre et harmonieuse et la nécessité de partager.

Ceci peut bien sûr s’interpréter dans un sens spirituel car la quête de la voie et de la perfection spirituelles doit être équilibrée par une impression de sécurité ; et pour être reçu, l’amour doit d’abord être donné.

VIE AMOUREUSE ET SEXUALITÉ.

Les Oies veulent la sécurité et la protection d’une relation durable. C’est pourquoi elles ne sont guère sujettes au coup de foudre. Chez elles l’amour naîtra plus vraisemblablement à la suite d’une longue amitié plutôt que d’une simple rencontre.

Elles n’aiment pas montrer leur affection ouvertement, mais en privé elles peuvent être des amoureuses sensuelles et passionnées. Elles ont besoin de se sentir sécurisées avant de s’engager.

En toutes choses elles veulent bien faire, et la sexualité ne fait pas exception. Les Oies sont des amoureuses habiles et compréhensives ; elles ont du cran et de l’endurance.

Les hommes pourvoient bien aux besoins de leur famille ; ils sont dignes de confiance et fidèles.

Les femmes sont de bonnes maîtresses de maison et d’excellentes ménagères.

Compatibilités : Castors (20 Avril – 20 Mai) ; Ours Bruns (22 Août – 21 Septembre) ; Corbeau (22 Septembre – 22 Octobre).

SANTÉ.

Les Oies ont une forte constitution. Elles ne se laissent pas facilement abattre par la maladie, quelle qu’elle soit, et poursuivent leurs occupations là où la plupart se seraient depuis longtemps réfugiés dans leur lit.

Éruptions nerveuses et allergies sont courantes chez les Oies, souvent provoquées par des émotions refoulées. Les Oies ont aussi tendance à avoir des problèmes de genou, des blessures au genou, et des maladies rhumatismales.

COULEUR : Blanc.

Le blanc est un réflecteur des autres couleurs, un symbole de la pureté et de l’énergie psychique. Il indique la simplicité et la pureté d’intention.

Les Oies émettent des pensées et des impressions qui agissent sur les autres. Bon nombre sont considérées comme des médiums.

Elles tendent à la démesure, ce qui les rend assez difficiles à vivre.

Vibration musicale : Les Oies sont en accord avec le Ré dièse, une octave au-dessus des Castors.

PÉRIODES FAVORABLES.

Meilleurs mois de l’année : 22 Décembre – 19 Janvier ; 20 ;Avril – 20 Mai ; 22 Août – 21 Septembre.

Meilleur jour de la semaine : Samedi.

Meilleurs moments de la journée : de 9 h à 11 h et de 21 h à 23 h.

BUT EXTÉRIEUR (CONSCIENT) ET DÉSIR INTÉRIEUR (SUBCONSCIENT).

Le but extérieur (conscient) des Oies est d’organiser et de conserver, mais intérieurement elles sont poussées vers la purification.

Il s’agit bien davantage que d’une purification au sens moral. Ce qui domine, c’est la nécessité de devenir autonome et indépendant, et c’est l’affirmation de l’identité personnelle.

Il est probable que les natifs de la Période du Renouveau subiront de nombreuses expériences traumatisantes et qu’ils souffriront de solitude spirituelle ; tout ceci les mettra durement à l’épreuve.

De telles expériences font partie du processus transformateur par lequel l’individu devient plus « complet ». C’est un processus rénovateur qui développe les muscles spirituels permettant de grimper au sommet de la montagne.

ALCHIMIE SPIRITUELLE.

Les Oies sont des gens matérialistes du fait de l’influence de la Terre élémentaire ; mais ils sont les plus changeants parmi ceux qui sont aussi influencés par l’Air élémentaire. Ils possèdent la ténacité et l’endurance associées à la Terre, mais l’influence de l’Air les pousse en avant avec une énergie infatigable, en dépit de ce qui semble parfois constituer d’insurmontables obstacles.

La polarité de direction est froide ( — ), les polarités élémentaires sont Air + et Terre -. La sexualité spirituelle est féminine (-). La combinaison est ainsi franchement réceptive et introvertie ; la personnalité se trouve constamment rejetée vers elle-même. La combinaison est (- + – et -).

DIFFICULTÉS RENCONTRÉES.

La vie de l’Oie est faite de persévérance et de dur labeur, dans un souci constant de trouver la sécurité. Chaque réussite sera durement gagnée.

Dans les moments les plus cruciaux, l’Oie peut sembler prisonnière des contraintes, des limitations et de l’obstruction des autres ; mais il faut prendre cela comme un problème qui, s’il est abordé de manière constructive, conduira à l’expansion et à la véritable réussite.

Le pessimisme des Oies et le fait qu’elles doutent d’elles-mêmes constituent leur plus grand obstacle.

FONCTION PRINCIPALE ET CHEMIN DE VIE.

La fonction principale de l’Oie est de parachever, de développer les choses au maximum. C’est un chemin d’adaptation.

Le vieux dicton : « Pliez afin de ne point rompre » convient particulièrement bien aux Oies. Ce chemin est celui de la perfection au sens d’achèvement. Quand ce principe est appliqué sur le plan moral – en particulier pour juger les attitudes et les actions d’autrui – il devient un obstacle et empêche la progression.

L’Oie a un besoin inné de liberté, mais pour l’obtenir il lui faut abandonner de plein gré les attitudes restrictives afin d’être libérée des anciens attachements.

L’Oie offre souvent au monde un visage qui est loin de correspondre à ce qu’elle est véritablement.

Etre libre, c’est ne plus avoir besoin de masques. Le but premier de ce chemin, c’est de parvenir à la compréhension. Mais la compréhension, c’est ce qui ne peut pas être appris, ni même acquis avec le passage du temps. Elle survient instantanément. Il s’agit d’être prêt à la recevoir.

COMMENT SE COMPORTER AVEC LES OIES.

Les Oies sont des gens essentiellement pratiques et matérialistes, aussi faites preuve de réalisme. Ne les interrompez pas quand ils sont plongés dans leur travail. Ils sont rarement sensibles aux sentiments et n’aiment pas tout ce qui ressemble au manque de sincérité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *